• L'enfant et le violon

    Comme annoncé hier, voici le premier sonnet de Felyx :


    L'enfant et le violon

     

    L'enfant nécessite un violon,

    Il l'implore de toute étoile

    Se reflétant sous l'eau du pont

    Dont l'écho se perd dans le voile.

     

    Puis vient le régulier tambour

    Sonnant l'âpre renoncement,

    Abat le hêtre de la cour,

    Flétrit ses faines par les mans.

     

    À l'unisson, les oiseaux chutent,

    Leurs ritournelles dissolues

    Dans l'eau constellée de pensées.

     

    Désormais sourd aux chants de flûtes,

    L'enfant d'antan ne rêve plus

    Du violon resté au luthier...

     

    « Le poète-oiseauChaleur d'été »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 10:59

    C'est le temps qui passe s'abbatant sur nos rêves qui joue rôle de luthier. Il nous confie ses miracles de pensées puis les reprends quand nous sommes en âge de travailler. Car le travail est la mort du rêveur.

    2
    Felyx
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:19

    Tu as absolument *tout* compris Narcose. Ca me fait plaisir d'avoir été entendu...  :)

    3
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:25

    Non, ne dis pas que j'ai tout compris et joue le mystérieux, le supérieur, en disant : "c'est effectivement un des sens possible de ce poème". Car si tu ne le fais pas, pourquoi continuerai-je à te lire ? Pour prendre de l'élan ? Je n'en aurai plus besoin.

    4
    Felyx
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:37

    Hey, j'ai mis "*tout*", pas "tout"...

    5
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:40
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :